L’Homme qui plantait des arbres

Le vendredi 15 décembre à 20h15

À l’origine du spectacle est l’idée du paysage. Le paysage et, tout de suite, deux œuvres qui, à cette évocation, me viennent à l’esprit, et qui, l’une musicale, l’autre littéraire, portent une vision comparable du paysage, à la fois intime et épique, descriptive et sublimée, naturaliste et humaniste : « le jardin féerique » des Contes de ma Mère l’Oye de Maurice Ravel, et L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono.

 

Une œuvre de Jean Giono :

Giono est peut-être l’écrivain français du xxe siècle le plus proche du paysage, de son paysage, celui de la région de Manosque et des plateaux de la Haute Provence. Par la précision, la rudesse et la poésie de sa langue, il parvient à en donner une vision qui semble tout aussi précise et naturaliste que lyrique et sublimée ; de ce pays qui est réel, tangible et issu de son quotidien, il fait une nouvelle Arcadie, ancrée dans une mystique païenne de la terre, une vision à la fois dure et idéalisée de la paysannerie et une conception personnelle, exigeante et humaniste de la place de l’homme dans la nature.

 

 

 

      • Compagnie : Capella Forensis
      • Orchestration : François Bernard
      • Avec : accordéon, clarinette et marimba
      • Sven Riondet,  Damien Schulteiss et Denis Kracht
      • Mise en scène & scénographie : Maurice Galland
      • Avec : Laurent Chouteau
      • Costumes : Ghislaine Ducerf-Galland
      • Lumière : Samuel André, Son : Rozen Lièvre
      • Genre : spectacle musical
      • Durée : 1h15
      • Séance scolaire :  jeu. 14/12 à 14 h 15 et ven. 15/12 à 10 h