Notre Terre qui êtes aux cieux

Retour en image sur la représentation du vendredi 25 mai au Théâtre Libre

Notre Terre qui êtes aux cieux ou comment les Terriens ont progressivement quitté le centre de l’univers pour se retrouver sur une petite planète tournant avec bien d’autres autour d’une petite étoile.

L’histoire :

Quand les questions fondamentales bousculent les croyances les mieux établies, quand l’observation du ciel devient déterminante pour la survie de notre espèce, l’Homme, tiraillé entre certitude, scepticisme et curiosité, devient majeur et se plie à la raison…
Cet homme universel et intemporel, c’est Profero, qui nous représente et se plaît à incarner d’autres personnages dont son contradicteur permanent : Domino, mais aussi Fontenelle, La Fontaine, Louis XIV, Giordano Bruno, Cassini, Victor Hugo, Laplace, Einstein… Les images qui accompagnent son histoire sont sorties de son esprit ou proviennent des grands télescopes ou des satellites; prolongeant son regard aux confins de l’espace, elles témoignent de son génie et de son insignifiance, selon que son esprit chemine à la verticale ou à l’horizontale.

« Il aura fallu continuité et stabilité des institutions pour que le sens commun eût enfin une doctrine et que l’univers se montrât à peu près sans miracle… et que l’on commençât à être capable de se situer dans l’espace et dans le temps […] mais, si les habitants des autres mondes doivent, comme nous, avoir l’impression d’être au centre de l’Univers… l’anthropocentrisme est une maladie engendrée par un usage naïf des sens ». Notre Terre qui êtes aux cieux en est un remède.